Contribution de Nord-Nature Environnement

Contribution de Nord-Nature Environnement

Par Monsieur Georges SENECAUT, de Nord Nature Environnement, le 6 février 2021

Récréer une ambiance tropicale sous nos latitudes procède d’une grande approximation sur les plans floristique comme faunistique, tant les écosystèmes sont complexes. Si le regard du visiteur vérifie d’un coup d’œil, étant donné leur taille, la présence de palmiers, qu’en est-il de la faune ?

 Pas d’ambiance tropicale sans l’oiseau-mouche : le colibri. L’oiseau est de petite taille, au plumage scintillant, capable de faire du sur-place et même de voler à reculons. Il semble ne jamais s’arrêter de voler. C’est donc spectaculaire. Son bec long et fin, légèrement recourbé à l’extrémité lui permet, durant un bref vol stationnaire, de pomper sa nourriture essentielle : le nectar secrété au fond de la corolle des fleurs.

 Afin de satisfaire le visiteur pressé, on va donc lui aménager des zones d’attraction. Des distributeurs de jus sucré vont être installés à des endroits stratégiques et les colibris ne manqueront pas de venir s’y abreuver. Mais, hormis le goût sucré, la mixture ne ressemble en rien au nectar des fleurs, et cette consommation excessive de sucres entraîne
des dérèglements digestifs dont les colibris meurent. Alors, pour satisfaire les visiteurs, de nouveaux colibris seront introduits… et, à terme, subiront le même sort.

Derrière la beauté de leur vol spectaculaire, on s’apprête donc à masquer une hécatombe de colibris. J’ajoute qu’ils doivent équilibrer leur alimentation par un apport de protéines sous forme de petits insectes, que les colibris captifs à Tropicalia sont en réalité des migrateurs.

Pour ces raisons, nous sommes fermement opposés à l’installation de la coupole Tropicalia à Rang-du-Fliers.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.