Confédération paysanne 5962

Confédération paysanne 5962

Texte de l’intervention de la Conf’ lors de notre rassemblement du 20 décembre 2020, à Rang-du-Fliers

Artificialisation des terres agricoles
  Nous allons vous parler de terre, qui, ici comme ailleurs, attire tant de convoitises. Nous sommes sur cette terre de Rang du Fliers et Verton, qui, il n’y a pas si longtemps, était encore cultivée. Cette terre a été agricole pendant des siècles, au fur et à mesure de l’évolution des populations qui se sont succédées durant toutes ces années et dont nous sommes pour certains d’entre nous, les descendants .   En France, environ près de 10 % de la surface agricole a été retirée de la production agricole. Dans le Pas de Calais, cette proportion est à plus de 15% pour des constructions, des routes, des ronds points , des zones d’activités. Que vous soyez arrivés par la gare ou par la route , vous aurez remarqué la taille des 5 ronds point que nous avons sur 600mètres près d’ici : d’une surface de plus d’un demi hectare chacun, alors qu’il ne passe pratiquement de grands camions sur cette route. 4 de ces 5 ronds points sont surdimensionnés mais par contre pas de nouvelles pistes cyclables depuis 15 ans . Il faut croire que nous avons la culture du gaspillage de la terre car peu d’élus de l’époque n’ont protesté pour ce gaspillage . Ce gaspillage de terre, nous le ressentons également pour cette terre, ici ,à Rang du Fliers et à Verton ,où ce projet de zoo tropical va accaparer près de 10 ha de terre , pour une utilisation que nous pensons futile et inutile .Ces espaces de terre que l’on a soustrait à l’agriculture ne doivent pas être gaspillés dans ce genre de projet. Il ne reste plus beaucoup de terres disponibles et ce sera difficile de reprendre d’autres terres aux agriculteurs .
Vous le savez, l’activité agricole est en 2020, à un tournant historique : les agriculteurs sont aujourd’hui sollicités par de nouvelles attentes sociétales. Un besoin de nourrir sainement et à la fois de protéger la terre, l’eau, les plantes et les animaux en favorisant la biodiversité. Tous ces éléments sont indispensables pour transmettre à nos enfants une terre en bon état agronomique. Pour cela, l’agriculture a besoin de conserver un maximum d’hectares, si elle veut remplir la mission nourricière.
Pouvons-nous transmettre à nos enfants et petits enfants une terre avec une perte de biodiversité dans une nature que nous n’aurons pas su protéger ? non ! Pourtant, des projets inutiles comme celui-ci il en existe plus de 300 en France qu’il nous faut dénoncer. Parmi ces 300 projets inutiles, il y a des zones commerciales et des parcs d’attraction qui ne disent pas leur nom. Il y des fermes usines à bétail.    Vous l’avez compris, c’est conserver un maximum d’hectares qui est vital pour la qualité de l’agriculture, mais aussi pour la qualité de vie des agriculteurs et des habitants, dans les territoires. Nous attendons des élus locaux et régionaux qu’ils se rendent compte que la terre n’est pas renouvelable et qu’il est urgent ,très urgent de ne pas gaspiller les derniers espaces qui restent, et qu’il est très urgent, de penser à localiser l’agriculture nourricière et les activités humaines dans un souci de qualité, d’efficacité et d’économie de transport.   Lettre co-rédigé par la confédération paysanne 59/62 et les Amis de la Conf

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.