Intervention de Mariette Vanbrugghe, Présidente du GDEAM

Intervention de Mariette Vanbrugghe, Présidente du GDEAM

Manifestation « Non à Tropicalia »

17 avril 2021, Montreuil

Pas d’argent public pour les tricheurs !!

7 minutes pour écouter le discours de Mariette Vanbrugghe Présidente du GDEAM-62, lors de la manifestation contre Tropicalia Montreuil 17 avril 2021 (texte en entier ci-dessous) »

Pour la troisième fois, nous sommes rassemblés pour dire Non à Tropicalia, rebaptisé Toxicalia à l’occasion de cette journée nationale contre la réintoxication du monde.

Pourquoi devant la Ca2bm à Montreuil sur Mer ? car elle soutient financièrement Toxicalia et que nous ne voulons pas d’argent public sur ce projet !

Grand projet inutile, nous en sommes tous convaincus ici. Irions nous présenter la faune de notre littoral, nos phoques pour ne citer qu’eux, sous les Tropiques en espérant que cela contribue à les protéger dans le Pas-de-Calais ? C’est absurde et c’est pourtant ce que Tropicalia prétend faire pour la flore et la faune tropicales en les présentant dans le 62.

Grand projet nuisible, toxique, il nous faut convaincre car cela va à l’encontre bien sûr de la communication des promoteurs de Tropicalia. Nuisible, toxique, car consommer 10 ha de terres, de sols, et sans doute plus pour Toxicalia, c’est gaspiller une ressource non renouvelable. La conséquence c’est que dans quelques années, il faudra rechercher de nouvelles terres agricoles à détruire pour des projets qui serviront le territoire, il faudra de nouvelles ZAC. Donc pas d’argent public pour Toxicalia !

Nuisible, toxique, pour le paysage, destructeur de paysage, car la serre Toxicalia de 2 ha culminera à 61 m , 30 m au dessus du niveau naturel, elle ne pourra pas « s’intégrer » dans le paysage. Donc pas d’argent public pour Toxicalia !

Nuisible, toxique, pour notre patrimoine naturel car focaliser l’intérêt du public sur une flore et une faune venues d’ailleurs, c’est le détourner de la connaissance, de la découverte intime du patrimoine naturel local. La découverte du patrimoine local se fait avec un sac à dos et des chaussures de marche, en arpentant le territoire, ses vallées, ses bois, ses marais, son littoral, ses massifs dunaires. Toxicalia c’est la menace d’occulter tout cela. Toxiicalia c’est la certitude de faire passer en arrière plan l’identité naturelle, patrimoniale de nos territoires, de la minimiser et donc de contribuer à sa destruction. Donc pas d’argent public pour Toxicalia !

Le GDEAM-62 suite à la délivrance des permis de construire en octobre 2019 par les maires de Rang du Fliers et Verton, a d’abord fait un recours gracieux auprès des maires. Ces recours ont été rejetés par les maires. L’association a alors déposé au Tribunal administratif de Lille un recours pour excès de pouvoir visant à obtenir l’annulation du PC.A ce jour les maires ont répondu et la Ca2BM a produit un mémoire en soutien des maires. Nous attendons toujours un mémoire de Tropicalia qui reste en retrait. Ce petit point sur la procédure, amène à un point sur la communication des opposants à Tropicalia. Dans un souci d’objectivité, le chiffre de 9,3 ha comme assiette du projet est régulièrement mentionné dans la communication des uns ou des autres. Si c’est l’assiette déclarée, il s’agit d’un leurre. En déclarant cette assiette de 9,3 ha, inférieure à 10 ha, le projet a évité l’enquête publique.

Or Tropicalia triche : les promoteurs ont exclu de l’assiette un terrain qui sera nécessaire pour stocker des remblais pendant les travaux. Avec ce terrain, l’assiette du projet actuel dépasse déjà les 10 ha, fatidiques. Donc pas d’argent public pour les tricheurs !

Et ce n’est pas tout, les promoteurs du projet passent sous silence l’extension du projet qui inclut la construction d’un hôtel sur une parcelle de 2,4 ha attenante au projet présenté. Or un projet dont la réalisation est fractionnée doit être présenté dans son intégralité pour l’instruction du dossier de PC. Les promoteurs de Tropicalia ont triché, non pas une fois, mais deux fois pour éviter l’enquête publique, et de ce fait, de nombreux éléments ont manqué pour l’instruction du dossier. Les citoyens ont été privés d’une garantie plus importante que celle fournie par une simple consultation publique qui ne pouvait se faire que par internet, ils n’ont pas pu rencontrer un commissaire enquêteur extérieur et neutre. Donc pas d’argent public pour les tricheurs !

Les promoteurs de Tropicalia ont triché, cela ne passera pas ! Les promoteurs de Toxicalia ont triché et cela doit … passer dans notre communication à tous : ne parlons plus de 9,3 ha, montrons que nous ne sommes pas dupes : avançons clairement les 10 ha comme assiette minimale du projet .La pugnacité du collectif qui en est à son troisième rassemblement surprend, inquiète certains et ils ont raison de s’inquiéter…Grâce à vous tous, Toxicalia ne se fera pas si nous maintenons tous ensemble la pression.

Aujourd’hui, devant les locaux de la Ca2bm à Montreuil, nous montrons que nous ne voulons pas que de l’argent public soutienne un tel projet inutile et nuisible qui plus est porté par des tricheurs. Pas d’argent public pour Tropicalia !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.